Image-Header

Quelques tags au hasard...
espace planète planete terre ISS nasa inFamous jeux vidéos jeux video jeux vidéo jeu jeux ps3 PS3 playstation geek jeux-video alien covenant ridley scott
Quelques liens...
Seriebox
Star Wars Génération 1
9gag
Reflets.info
PC Impact
Gamekult
Owni
Livraddict
ScreenBreak
Connexion...
Login :
Mot de passe :

Pas de compte ? - Mot de passe oublié ?

The Witcher III - Wild Hunt

News postée le 10-05-2017
Tags reliés à cette news : the witcher, wild hunt, cd projekt, geralt,
Dans la catégorie jeux-video

Geralt te rive (à ton écran)

CD Projekt signe avec The Witcher 3 un chef d’œuvre comme on en croise rarement dans le monde du jeu vidéo. C'est peut-être ce qui lui donne cette grandeur, mais il ne faut pas mettre de côté la qualité incroyable du travail accompli sur ce titre.

Au fur et à mesure que les heures s'égrainent, on ne peut qu'apprécier tout l'amour que les créateurs ont mis dans cette ultime aventure numérique de Geralt. Ici, tout est sublimé, du moindre détail à la grandiose ville de Beauclair, on en finit jamais d'être émerveillé et toujours surpris par autant de savoir-faire. Un exemple à suivre et que j'espère retrouver dans Cyberpunk 2077. D'ailleurs pour l'anecdote, Ciri semble bien faire allusion à ce monde là lors de l'un de ses récits. Bref.

The Witcher 3 rend difficile le fait d'écrire à son propos, tellement je crains de ne pas avoir de mots assez puissants pour évoquer ce que j'ai vécu pendant près de 200 heures. L'un des coups de maître est d'ailleurs le fait que jamais l'ennui ne s'installe, et même si des quêtes annexes routinières vont rythmer l'aventure, elles sont toujours finement écrites et tiennent à elles seules lieu de mini-scénarios.

Là où l'équipe Polonaise commet un sans fautes, c'est indéniablement au niveau du rendu visuel de leur création. La poésie qui transpire de certains tableaux est telle, que je me suis surpris bien plus d'une fois à tout simplement regarder le paysage qui s'étendait aux pieds de Roach, le cheval de Geralt. Avec ses 4 maps totalisant plus de 140Km carrés, ce qui est énorme, on pourrait craindre une certaine redondance, et pourtant... des plaines campagnardes de White Orchard et Velen aux Fjords de Skellige, en passant par les paysages provençaux de Toussaint, le dépaysement est bien là du début à la fin. Chaque lieu proposant bien évidemment ses villes et sa culture, ainsi que son lot de zones plus ou moins cachées à découvrir. Les fondus d'exploration ne peuvent ici qu'apprécier un plaisir immense.
Le moteur du jeu est peaufiné à l'extrême, et le tout reste fluide même dans les moments où les processeurs sont le plus sollicités. Les expressions faciales sont vraiment dignes de ce que peuvent proposer de vrais acteurs, sans toutefois atteindre le niveau de L.A. Noire.

Du côté du scénario, de la mise en scène et du background, c'est tout bonnement incroyable. The Witcher et The Witcher 2 : Assassin's of Kings avaient habitués ceux qui s'y sont aventurés à des histoires matures, complexes et pleines de complots. Ici, c'est pareil, mais en mieux. On ne compte plus les personnages hauts en couleur, qui ajoutent encore de la profondeur à une intrigue qui déjà tient la route. Sur ce point aussi, on passe de Charybde en Scylla, un vrai régal. Les cinématiques bénéficient d'un soin tout particulier, et n'ont rien à envier à la plupart des grands films.


[spoiler] La toute dernière image de Blood and Wine, lorsque Geralt brise le 4é mur en regardant directement le joueur... posée juste en toute fin d'aventure, cette séquence là est quand même magistrale ! [/spoiler]


Il ne faut pas oublier également de parler des références, tellement nombreuses qu'en faire une liste complète prendrait des jours... Mais leur qualité et leur utilisation illustrent bien le degrés d'implication des créateurs et leur volonté de proposer une œuvre unique mais qui va puiser un peu partout des easter-eggs et autres joyeusetés qui raviront les connaisseurs.

Au niveau du gameplay, autant rester bref, car il n'y a pas grand chose à dire. C'est du action-RPG comme on l'aime, avec des combats propres et dynamiques. On équipe son personnage avec les meilleures armures trouvées ou craftées, on fait subir à Geralt des overdoses de potions pour le rendre plus fort et plus rapide, en somme rien de trépidant à déclarer.

Soyons honnêtes, The Witcher 3 n'est pas exempt de petits défauts, comme par exemple ses menus qui sont peu pratiques, notamment pour ce qui est du classement des items, et qui rament si tant est que l'inventaire soit bien rempli. Les combats à cheval sont également peu plaisants et heureusement dispensables, et il arrive parfois que ce bon vieux Roach à qui l'on confie la menue tâche de suivre une route, décide tout à coup de partir dans les sous-bois. La plus grande carte du jeu, Velen/Novigrad met beaucoup de temps à charger (1:30min), ce qui peut être vite lourd si on subit un game-over bête. Bref, du détail vous dis-je, mais le souci c'est que quand tout ou presque est parfait, les plus petites tâches ressortent.

Hors de question de conclure ce pavé sans évoquer la bande-son, tout simplement épique ou poétique, selon les lieux et les situations.

Un très très grand bravo donc à CD Projekt pour cette merveille, qui mérite amplement ses louanges et ses multiples prix.

________________
Par Benben


Il y a 0 commentaires...


Poster un commentaire...

Recopiez le code suivant :
image-cryptoimage-crypto
Votre pseudo :
Votre commentaire :