Image-Header

Quelques tags au hasard...
jeux-video naugty dogs playstation jak and daxter the man who killed don quixote overlord darkest hours dunkirk jodorowsky dune cinéma star wars the rise of skywalker cinema jj abrams george lucas
Quelques liens...
Seriebox
Star Wars News Net
Reddit
Reflets.info
PC Impact
Gamekult
Owni
Livraddict
Le Mag MO5
Game Next Door
Connexion...
Login :
Mot de passe :

Pas de compte ? - Mot de passe oublié ?

Hades

News postée le 05-02-2021
Tags reliés à cette news : hades, supergiant games, switch, nintendo,
Dans la catégorie jeux-video

Hades-tination légendaire

Tiens, encore un jeu indépendant, financé par les joueurs et les joueuses, à accrocher à mon tableau de chasse ! Décidément, cet univers du jeu vidéo prend de plus en plus de place dans mon expérience. Ce qui n'est pas pour me déplaire, car je tombe -presque- à chaque fois sur de véritables pépites. Certes, des milliers de personnes ont déjà poncé le terrain avant moi et la réputation de ces "petits" jeux les précède avant que je ne pose mes fines paluches dessus. C'est donc sans risque que je me suis jeté sur Hades, de SuperGiant Games, un rogue-lite (version tranquille du rogue-like) en vue isométrique qui nous plonge dans les enfers antiques de l'Olympe.

Où l'on incarne Zagreus, le fils d'Hades, dieu des Enfers, qui en a marre d'être confiné dans le royaume de son père, et décide, sans attestation, de braver tous les interdits pour rejoindre la surface. Pour cela, il faudra traverser Tartarus, Asphodel, Elysium, et le Styx. Bref, toutes les étapes qui séparent le monde des vivants de celui des morts.

L'Odyssée du rejeton du patron des décédés se fera au rythme des multiples échecs qui le renverront tout droit à la case départ : la sortie du Styx, avec les âmes fraîchement arrivées dans l'au-delà. Car dans Hades, tout est fait pour inciter à recommencer mais sans jamais refaire pareil. Je m'explique.

Chaque tentative de sortie de Zagreus débutera par le choix des armes. Au nombre de 6, elles seront déblocables avec la progression dans l'histoire, et proposent chacune 3 variantes. Chaque arme influe drastiquement sur la manière de jouer et change radicalement d'une tentative à l'autre. Après avoir choisi son arme, on peut sélectionner un objet présent dans notre coffre-fort pour influer sur la partie : faire plus de dégâts aux ennemis situés au loin, ou bien pouvoir faire apparaitre des soins aléatoirement... Une quinzaine d'objets sont à débloquer. Ensuite, débute la sortie de Zagreus. Chaque niveau (on compte donc 4 niveaux si vous avez suivi) des enfers est divisé en plusieurs arènes qui vont sur succéder de manière procédurale et aléatoire, avec à l'issue de chaque arène, un bonus à gagner. Ce bonus peut prendre la forme d'une bénédiction provenant de l'un des nombreux occupants de l'Olympe, qui durera jusqu'au trépas de Zagreus, ou bien celle d'un objet que l'on pourra emporter avec soi même dans la mort, et permettant d'améliorer les statistiques du personnage, de ses armes, etc... Les bonus divins pouvant parfois donner lieu à des duos dévastateurs, à des invocations, et ayant des niveaux de rareté (rare, épique, légendaire, héroïque), autant dire que là aussi on a largement de quoi diversifier chaque partie. Toutes les 6 à 8 arènes, un boss tentera de vous occire, et si vous sortez victorieux du combat, c'est direction l'escalier vers la surface.

Le système de jeu est simple : le stick gauche pour avancer ou reculer, le droit pour se diriger, une touche pour donner un coup, une touche pour donner un coup spécial, une touche pour effectuer un dash, et une touche pour lancer une orbe de sang. Toutes ces actions font des dégâts. Toutes. Et toutes ces actions sont modifiables avec les bonus divins. Vous l'aurez compris, c'est la foire à la chair à saucisse et il va falloir défourailler sans gène aucune dans les hordes d'ennemis qui vont se dresser sur votre chemin. Un système simple mais peaufiné à l'extrême. Les combats sont plein de rythme, gracieux, violents et absolument jouissifs. Et gare aux pièges qui parsèment les arènes, ou aux mini-boss aléatoires.

Selon votre chance, vous pourrez monter un personnage inarretable et rouler sur votre traversée. Mais la plupart du temps, il faudra prouver qu'on a appris à maitriser tous les tenants et aboutissants pour arriver à sortir des enfers.

Si la barre de vie de Zagreus s'épuise, on retourne donc chez papa, qui se gaussera fièrement de la l'échec dérisoire de son fils. Mais chaque retour au bercail est donc l'occasion d'engager des conversations avec les occupants du domaine d'Hades, de débloquer des mini-quêtes annexes, et d'utiliser les objets rapportés avec soi pour améliorer les capacités du héros.

Grâce à toutes les combinaisons possibles, ce qui pourrait être redondant devient génial à refaire en boucle. Ne serait-ce que pour la courbe de progression qui ne cesse d'augmenter avec chaque nouvel essai, et qui donne cette sensation d'être de plus en plus puissant. Se pose aussi l'envie de récupérer les clés, ténèbres, diamants et nectar, permettant de découvrir petit à petit tous les secrets que recèle cet excellent titre à la durée de vie plus que conséquente.

Côté immersion, il y a de quoi être ravi(e)s puisque si le scénario reste simple, tout ce qui l'entoure donne une profondeur insondable au jeu. Les PNJ sont bavards et doublés avec le plus grand soin, côté esthétique, direction artistique et création des personnages, c'est un délice. Dialoguer avec ce panthéon garde tout son intérêt de la première à la dernière minute. L'écriture, tout en légèreté, propose énormément de moments drôles et rafraîchissants, mais également quelques passages plus matures, voire tragiques. La palette de couleurs qui embellit les différents niveaux, les détails qui fourmillent dans les décors... et bien évidemment les musiques du jeu, tout concourt à donner à Hades ses lettres de noblesse et en font un titre véritablement complet en tous points. Deux pistes de la bande-son ont même le privilège d'être sublimement chantées par des personnages bien connus de la mythologie grecque. Elles sont assez belles pour valoir une petite pause le temps de profiter d'une douce mélodie sur le chemin du massacre.

Vous l'aurez compris, Hades est un jeu génial. Pour chercher la petite bête je pourrais lui reprocher certains passages brouillon lorsque beaucoup d'ennemis sont à l'écran et qu'on en perd de vue Zagreus, ou encore le fait que les arènes sont trop peu nombreuses et pas réellement générées de manière totalement procédurale (l'architecture des arènes se divise en réalité en 5 ou 6 modèles par niveau et on retrouvera donc à chaque traversée, des arènes que l'on a déjà vu précédemment). Mais c'est bien peu de choses par rapport au plaisir que procurent chaque partie jouée sur Hades.

________________
Par Benben


Il y a 0 commentaires...


Poster un commentaire...

Recopiez le code suivant :
image-cryptoimage-crypto
Votre pseudo :
Votre commentaire :