Image-Header

Quelques tags au hasard...
last night in soho edgar wright Thomasin McKenzie Anya Taylor-Joy Matt Smith cinéma cinema super 8 spielberg geek abrams jj abrams j.j. abrams hades supergiant games switch nintendo
Quelques liens...
Seriebox
Star Wars News Net
Reddit
Reflets.info
PC Impact
Gamekult
Owni
Livraddict
Le Mag MO5
Game Next Door
Connexion...
Login :
Mot de passe :

Pas de compte ? - Mot de passe oublié ?

A Plague Tale : Requiem

News postée le 13-01-2023
Tags reliés à cette news : a plague tale, requiem, asobo studio, jeux-video,
Dans la catégorie jeux-video

Se passer les rats au court-bouillon ?

Une année s’est écoulée depuis les événements de « A Plague Tale : Innocence » et nous voici de nouveau en plein Royaume de France, en l’an de grâce (enfin de grâce… faut le dire vite!) 1349, alors qu’Amicia, son petit frère Hugo, leur ami apprenti alchimiste Lucas, et leur mère tentent tant bien que mal de couler de paisibles jours en Provence.

Mais, et on s’en doute bien, les ennuis quand ils découlent d’une malédiction, finissent toujours par vous retrouver, et la mystérieuse maladie d’Hugo va venir ternir ce petit bout de ciel bleu qui illumine le prologue d’un jeu qui allie des qualités merveilleuses et des défauts horripilants.

Si on peut réellement parler de suite quand on évoque le scénario de « A Plague Tale : Requiem », il n’en est hélas pas de même en ce qui concerne le gameplay qui n’a pas du tout évolué, au point de devenir un réel handicap dans l’expérience de jeu.

En effet, si dans le premier volet, le manque d’agilité de notre avatar apportait, façon Resident Evil, pas mal de pression lorsqu’on était détecté par un ennemi, on pouvait se contenter de jouer au maximum en mode silencieux afin d’éviter toute confrontation. Ici, les développeurs ont choisi d’imposer de nombreuses phases de combat obligatoires, qui se révèlent sans surprise fastidieuses, mal équilibrées, peu claires, bref qui n’ont pas leur place dans ce genre de production vidéoludique.

La seule « bonne » idée ayant été d’ajouter à notre inventaire une arbalète dont l’utilisation va rendre tous les duels totalement incohérents, car les ennemis n’auront alors aucune chance de vous approcher et les carreaux seront en nombre quasi-illimité. D’ailleurs on notera à ce sujet que les cailloux pour la fronde sont aussi disponibles à l’infini, ce qui enlève l’aspect « économisez vos munitions » du premier jeu.

Il sera toujours nécessaire de faire évoluer notre équipement via des établis disséminés ça et là, grâce à des ressources glanées dans les différents niveaux. Une nouvelle mécanique d’amélioration des compétences dont je n’ai pas compris le fonctionnement voit le jour : certaines capacités se débloquent au fil du jeu selon votre manière de jouer visiblement. Mais je n’en suis même pas certain. Enfin, les collectibles font leur grand retour : trouver des fleurs, des souvenirs, et des plumes pour faire un peu de remplissage.

Le level-design se révèle peu inspiré, lors de longs passages en mode couloir, ne laissant aucune place à l’exploration. Les murs invisibles viendront renforcer ce sentiment de devoir bêtement suivre un chemin établi qui aurait pu être remplacé par une cinématique vu qu’on y fera que marcher pour finalement interagir avec une porte.

J’alourdis le trait volontairement, car on a tout de même droit à des zones beaucoup plus ouvertes, avec de multiples chemins possibles à travers les rues des villes et villages, des champs, des carrières et autres mines. On notera aussi un niveau qui se veut en monde ouvert, façon Madagascar d’Uncharted 4, regorgeant de détails, et proposant la seule énigme digne de ce nom de tout le jeu.

Car en effet, si pendant le tutoriel, on nous promet des énigmes à résoudre, il n’en sera quasiment RIEN pendant l’aventure ! Tourner des manivelles ou tirer sur des barils pour faire péter du feu grégeois et ouvrir un passage seront les seuls moments où votre matière grise sera sollicitée. Ah, si à un moment il faut alterner entre demander à Lucas de tourner une manivelle, lui demander d’arrêter le temps de faire tomber un autre truc, puis lui demander de recommencer à tourner. Je ne demande pas des trucs tordus façon Myst hein, mais aucun sentiment d’accomplissement ne découle de ces pseudo challenges.

Et parlons enfin des passages scriptés à mort lors desquels il faudra courir. Et c’est tout. Là aussi on sent qu’Asobo Studio a voulu marcher sur les pas de Nathan Drake, mais sans ma maéstria qui caractérise le savoir faire de Naughty Dogs !

Bon, j’ai assez cassé de sucre sur le dos de ce jeu. Mais il m’était impossible de faire fi de ses défauts trop énormes, assez violents pour que je ne comprenne pas comment « A Plague Tale : Requiem » a pu se retrouver finaliste des Game Awards. Ah ? C’est un concours totalement bidon ? Ah oui… (même si « Elden Ring » est le jeu de l’année de toute façon, ça c’est vrai!).

Tout comme son grand frère, cette suite se repose donc sur sa mise en scène, son histoire, son scénario. Et aussi sur ses belles prouesses visuelles et auditives. Il en ressort donc le même sentiment, celui de participer à un film interactif avant tout.

Car oui, « Requiem » est bien écrit, et propose une ambiance absolument géniale.

Tout d’abord car techniquement, c’est sublime. Tout le temps. Du début à la fin, ce jeu est beau à se damner et fait honneur au matériel des joueurs et joueuses. L’optimisation au poil laisse le tout très fluide, et se balader dans les champs de lavande n’a jamais été aussi agréable (sauf en vrai). Alliée à l’ambiance sonore travaillée, on est vraiment dans la cour des grands. De ma propre expérience, et d’un point de vue subjectif, je pense qu’on est au niveau d’un « Red Dead Redemption 2 » et d’un « Witcher 3 » tant l’immersion est tangible. Techniquement, un poil en dessous du titre de Rockstar, l’indétrônable.

La musique est elle aussi à plébisciter, les compositions d’Olivier Derivière, à qui l’on doit notamment les OST de « Assassin’s Creed : Black Flag » ou « Remember Me » sont fabuleuses. Mélancoliques, elles accompagnent les mésaventures de nos héros à la perfection. Le travail de ce bonhomme est à suivre de près !

Et enfin, et bien oui, l’histoire reste l’énorme réussite du titre. On s’attachait déjà dans le premier jeu à Amicia et à Hugo qui prennent en pleine poire l’atrocité sous toute sa splendeur, et bien ici, la recette fonctionne encore même si on connaît le refrain. Le scénario sera d’ailleurs porteur de messages d’espoir, comme le fait d’accepter de vivre avec les cicatrices de la vie jusqu’à ce qu’on les oublie, ou encore de se battre contre soi-même pour arriver à abandonner ce qu’on a de plus cher. Alors d’accord, certains personnages secondaires sont clichés au possible, mais ils sont là pour catalyser les émotions des protagonistes. J’ai trouvé le résultat très cohérent, et les états d’âme de cette petite fratrie très poignants.

Pour conclure, « A Plague Tale: Requiem » est une réussite totale si on ne regarde que son ambiance et son scénario, par contre, son gameplay n’est pas du tout adapté à l’expérience proposée, ce qui rendra certains passages ennuyeux et longuets, et d’autres carrément mal foutus. Le résultat est un peu plus bancal que celui du premier jeu, qui sortait presque de nulle part, qui proposait quelque chose d’original et à qui on pouvait pardonner ses quelques défauts. Retrouver les mêmes ici est par contre une erreur de production difficilement acceptable.

________________
Par Benben


Il y a 0 commentaires...


Poster un commentaire...

Recopiez le code suivant :
image-cryptoimage-crypto
Votre pseudo :
Votre commentaire :